Bourgogne romane

Guy Lobrichon, Bourgogne romane, Lyon, éd. Stéphane Bachès, 2013 [Desclée de Brouwer, 2015], 372 p.

Zodiaque : une référence scientifique

Il faut saluer les initiatives qui conduisent désormais Desclée de Brouwer à éditer, diffuser et promouvoir la grande collection Zodiaque initialement publiée par l’abbaye de La Pierre qui vire. Ces livres sont des ouvrages de référence. Ils sont très couramment cités comme en témoigne, par exemple, la bibliographie de Cathédrales de Provence (La Nuée bleue, 2015) : Provence romane (Guy Barruol, 1977) et Alpes romanes (Jacques Thirion, 1980) y sont plusieurs fois mentionnées.

Bourgogne romane : une redécouverte de l’art roman

Guy Lobrichon, de l’université d’Avignon, a repris Bourgogne romane. La première version de ce volume était de Jean Baudry et la deuxième de Raymond Oursel.

C’est à une nouvelle visite de l’art roman en Bourgogne que nous sommes conviés. Elle est menée ici par un universitaire reconnu dont le texte est appuyé par une très riche iconographique. Celle-ci est soulignée par l’éditeur : « lumière, contraste, angle de vue, etc » sont considérés comme un « héritage photographique ». Cela suscite un regret : la couleur est totalement absente. Or, l’héritage architectural roman se mesure autant par les couleurs des pierres ou celle des fresques (comme à la page 157 par exemple) que par celui, intermédiaire, d’une photographie quinquagénaire, aussi réussie soit-elle. Un index aurait été bienvenu pour mettre en valeur le travail monumental de l’auteur qui permet à la fois une vue d’ensemble de la question de l’art roman en Bourgogne et une étude par édifice.

Luc-André Biarnais
archiviste du diocèse de Gap et d'Embrun

Articles en lien :

Vous pouvez laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *