Couverture Gap et ses territoires

Gap et ses territoires. Des siècles d’histoire (XIe-XXe s.)

Ces actes du colloque organisé par la Société d’Études des Hautes-Alpes répondent à un enjeu capital : relancer l’écriture de l’histoire de Gap et la replacer dans des problématiques actuelles, alors que les grandes synthèses datent d’il y a un siècle.

Une histoire riche à découvrir

L’ouvrage réunit une vingtaine de contributions variées par des auteurs qualifiés (historiens, géographes, urbaniste…) ayant orienté leurs recherches sur le passé de la ville, et chaque article révèle un aspect mal connu de l’histoire gapençaise avec la plupart du temps des sources inédites ou peu exploitées. Le lecteur peut alors découvrir à son gré des étapes-clés dans l’histoire politique et religieuse de la ville, ainsi que des sujets économiques, démographiques, littéraires ou militaires. Depuis l’An Mil jusqu’au début du XXIe siècle, les auteurs mettent en avant la situation originale de Gap entre Dauphiné et Provence, mais aussi l’empreinte des institutions religieuses dans la ville du Moyen-Âge jusqu’à nos jours, l’originalité de la cité dans le règlement des conflits liés aux guerres de Religion au XVIe siècle, le traumatisme de l’incendie de 1692 par les troupes du duc de Savoie, la participation de l’élite gapençaise à la société des Lumières, le lent développement d’une cité administrative qui prend son envol dans la seconde moitié du XXe siècle, l’emprise du militaire dans l’espace urbain…

Un ouvrage de valeur scientifique

La qualité scientifique des contributions (références, notes, problématiques) va de pair avec une présentation et une bibliographie commentée dues à Pierre-Yves Playoust, ancien président de la Société d’Études, bienvenues pour toute personne s’intéressant à la capitale des Alpes du Sud. L’iconographie soignée rend agréable la lecture du livre.

C’est donc une belle présentation des étapes du développement d’une « ville discrète » que nous offre ce livre qui aura pour mérite de faire mieux connaître Gap et susciter de nouvelles recherches pour aboutir un jour – on l’espère – à une nouvelle histoire générale de la cité gapençaise.

Philippe Franceschetti,

professeur agrégé d’Histoire-Géographie

Articles en lien :

Vous pouvez laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *