Ghaleb Bencheikh explique le Coran

Ghaleb Bencheikh, Le coran expliqué, Paris : Eyrolles,2018, 222 p., 12 €.

Docteur ès sciences, de formation philosophique et théologique, Ghaleb Bencheikh est, selon son ami franciscain, le frère Gwénolé Jeusset : « un homme qui a toujours combattu pour un islam sereinement inculturé, et pour une fraternité entre croyants, intervenant aux émissions télévisées du dimanche matin et à France Culture, remarqué pour sa culture, pour son goût et le maniement de la langue française ». Ces qualités de pensée et d’expression se vérifient dans ce livre qui en est à sa seconde édition (première édition, 2015).

L’auteur entend ici faire face à beaucoup de préjugés sur l’islam et son prophète. Il présente donc une synthèse d’introduction et de référence pour éclairer le contexte, les valeurs et l’actualité du texte (sous-titre). Avec beaucoup de pédagogie, Ghaleb Bencheikh procède en six étapes. D’abord le contexte historique et religieux du Coran : l’Arabie au VIIe siècle et le « destin hors du commun » de Muhammad (vers 570-632). Puis le livre du Coran lui-même, « copie d’un céleste archétype », organisé en 114 sourates. Ensuite, le coeur de l’islam : comme foi au Dieu d’amour miséricordieux aux 99 plus beaux Noms, comme culte selon les cinq piliers (profession de foi, prière, aumône, jeûne, pèlerinage), comme éthique : le bel-agir (îshan) et la mystique pour l’élévation de l’âme. Enfin, l’homme dans le monde : dans la Création et la cité, dans la société (place de la femme, mariage, sexualité, famille), la morale, et la question de la violence (la double interprétation du djihad : le combat extérieur et surtout le combat intérieur, la conversion). L’auteur résume ainsi : « Dieu aime les hommes qui font le bien, dans un esprit de vraie piété, d’humilité, et d’équité » (p. 171).

Le lecteur apprécie particulièrement qu’au fil du texte les citations soient amplement reproduites pour s’imprégner de l’originalité littéraire et spirituelle du texte. L’intérêt interreligieux est manifeste, du fait que Ghaleb Bencheikh fait référence aux auteurs de la Bible (Genèse, prophètes). Il pose la question des relations entre le Coran et la Bible juive et chrétienne (p. 14, 68). Un index indique les noms (d’Abraham et Adam à Zacharie), les notions (anges, apocalypse, djihâd, évangiles, Révélation), et des sourates selon leur titre (Fatiah, Joseph, Noé). Un autre très utile index donne la liste des sourates citées (plus des deux tiers sur les 114 avec leurs titres). Classée autour de trois éléments (le Coran, les prophètes – Muhammad et l’islam), la bibliographie renvoie à la fois à des auteurs musulmans (Mahmoud Hussein…) et chrétiens (Louis Gardet). Ghaleb Bencheikh emprunte à l’islamologue chrétien Louis Massignon l’éclairante formule : « L’islam est l’acceptation du Coran, avant l’imitation du Prophète », sachant que pour le christianisme, c’est de suivre le Christ (p. 31). Au final, cet ouvrage, à l’écoute des récentes recherches, est particulièrement opportun pour une fructueuse connaissance du Coran, de son histoire et de son actualité, et pour le dialogue interreligieux (p. 68).


Père Pierre Fournier
membre de l'équipe du service de formation permanente
diocèse de Gap et d'Embrun

One comment

  1. Comment Pierre pouvait-il prendre le temps de lire autant ?
    Avec toutes les autres activités qu’il avait.Enfin ce que j’en ai un peu perçu.
    J’ai quelques courriers et pas mal de mails de sa part.
    Moi qui n’étais pas grand chose,il m’a toujours considéré comme un égal.
    Cet homme était vraiment saint,pour moi aucun doute.Peut-etre un jour le sera t’il vraiment.
    Moi je le souhaite en tout cas et je pense qu’il devrait l’être.
    Vraiment quelqu’un d’exceptionnel.
    Quelle joie de l’avoir un peu cotoié.
    Quelle peine de ne l’avoir plus fait encore.
    Regrets éternels.
    Il était vraiment œcuméniste et au delà encore..
    Je ne sais si tous s’en sont bien rendus compte.
    Après la pandémie ce serait vraiment utile à tous je pense,d’organiser une journée pour évoquer sa mémoire.
    Sinon un jour en distanciel.
    On verrait alors la pluralité et l’universalité de cet homme.
    Il répandait le bien auprès de tous.
    Il m’a beaucoup aidé, spécialement pendant cette pandémie et il m’aide encore tous les jours..
    Il est tellement présent pour moi encore..
    Merci à toi et au-revoir.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *