La vie de Bakhita, l’esclave qui rencontra le Christ

En bande-dessinée pour adolescents et adultes

Don Roberto Laurita, Giorgio Trevvian, Sainte Bakhita, l’esclave qui rencontra le Christ, Strasbourg : les Éditions du Signe, 2018, 46 p., 12 €.

Sainte Bakhita, religieuse canossienne originaire du Soudan et canonisée en 2000, connaît une grande actualité littéraire. Le Père Pierre Fournier nous a présenté ici deux ouvrages parus récemment : le roman biographique de Véronique Olmy et le Journal de Bakhita.

Cette bande-dessinée revient sur la vie exceptionnelle de Bakhita. Elle fut enlevée puis vendue comme esclave par des Afro-arabes. Elle connut une vie de souffrance et d’humiliation jusqu’à ce qu’elle soit achetée par le consul italien, qui la confia à une famille bienveillante. En Italie, elle fit le choix de la vie religieuse et entra chez les sœurs canossiennes.

Cet ouvrage constitue une excellente première approche de la vie de Bakhita. Il est toutefois à réserver aux enfants à partir de 12 ans en raison de certaines scènes, même si la violence y est évoquée avec beaucoup de pudeur.

Les dessins, au trait, appartiennent à l’école européenne de la bande-dessinée et sont de grandes qualité, avec une mise en couleur délicate et soignée.

Hélène Biarnais
bibliothécaire du diocèse de Gap et d'Embrun

Vous pouvez laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *