La vénérable Zita de Bourbon-Parme, épouse et mère

Gaëtan Évrard, Dominique Bar, Zita, courage et foi d’une impératrice, Paris : Éditions du Triomphe, 2018, 41 p., 15,90 €.

Cette bande-dessinée présente Zita dans le cadre de la cause ouverte dans le diocèse du Mans en 2009 : « Comme Marie, [elle] a constamment recherché la volonté divine » (p 2). En effet, elle est oblate de l’abbaye Saint-Pierre (p 28) et trois de ses sœurs sont bénédictines de Solesmes dans la Sarthe. Cela donne le ton ouvertement hagiographique de l’ouvrage. Il est construit à partir d’un récit biographique et chronologique. Il s’ouvre dans le contexte de la fin du XIXe et du début du XXe siècles dans les cours princières d’Europe. En 1911, (p 9-10) Zita de Bourbon-Parme épouse Charles d’Autriche, archiduc d’un pays de 51 millions d’habitants.

En 1914 (p 11), l’assassinat de l’archiduc héritier François-Ferdinand, oncle de Charles, provoque (p 12) l’escalade du déclenchement de la Première Guerre mondiale. Charles devient empereur à la fin de 1916 (p 13-15). Les tentatives de paix (p 17-18) de 1915 sont évoquées ainsi que celles de 1917. Il faut rappeler ici le rôle de Georges de Manteyer souligné par Jean-Pierre Pellegrin dans la livraison 2018 du Bulletin de la Société d’Études des Hautes-Alpes : « 1917, un Haut-Alpin impliqué dans les tentatives de paix séparée de l’Autriche-Hongrie : Georges de Manteyer et ‘l’affaire Sixte’ » (p 139-152). Le point de vue de cette bande-dessinée rend plus neutre le récit de la guerre que ce que propose l’historiographie en général.

À la fin de la guerre (p 20), la République est proclamée en Autriche et en Hongrie : la famille impériale est contrainte à l’exil. Ce premier après-guerre est traité des pages 21 à 30 où Zita, devenue veuve, doit élever ses enfants. La page 29 fait explicitement référence à Tintin, Le sceptre d’Ottokar (1938).

Le procès en béatification de Charles est ouvert en 1949 (p 33) puis il est proclamé bienheureux en 2004 par saint Jean-Paul II (p 40). Son épouse est décédée en mars 1989 et ses obsèques ont eu lieu à Vienne selon « le cérémonial officiel des funérailles impériales » (p 38-39).

Cet ouvrage, qui a participé au grand-prix de la bande-dessinée chrétienne d’Angoulême, est destiné à des lectures en famille et aux adolescents déjà férus en histoire et en géographie. Les enseignants trouveront des pages pouvant illustrer des cours sur le XXe siècle.

Luc-André Biarnais
archiviste du diocèse de Gap et d'Embrun

Vous pouvez laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *