L’éternité reçue

Martin Steffens, L’éternité reçue, Paris : éd. DDB, 2017, 246 p., 19 €.

Martin Steffens est professeur de philosophie en Classes préparatoires et chroniqueur à « La Croix » et à « La Vie ». Il a déjà publié plusieurs livres, dont, concernant la posture envers l’existence humaine, un Petit traité de la joie. Consentir à la vie (2011, Prix Humanisme chrétien).

Ici, l’auteur aborde la délicate question de la vie en rapport avec la mort et l’éternité. Il procède en quatre temps. « Vivre d’abord ». Une sorte d’hymne à la vie, car « la vie mène la guerre contre la mort » (p. 9). L’auteur cite volontiers et surtout Nietzsche (Zarathoustra, Gai savoir…). Puis « Mourir parfois » : les « petites morts » de l’existence  Mourir à nos prétentions nobles mais impossibles dans le rapport à autrui, à l’autre (la société,..) et à soi, et quand « l’âme est brisée » (p.89) ou lors de « la mort par corps ». Ici, M. Steffens s’appuie plus spécialement sur la pensée de Simone Weil, sur qui il a publié le « Prier 15 jours avec… ». La philosophe éclaire la rencontre avec le réel à travers les contradictions de la vie, et les impossibilités (p.82). Ensuite « Mourir »: le don total de notre vie aboutissant à « posséder par dépossession » (p.122).

L’auteur se fonde alors surtout sur la pensée de Maître Eckhart. Il s’agit chez ce théologien mystique d’un « abandon » profond, d’un détachement de l’être, d’une désappropriation radicale de soi, et jusque de la mort elle-même. Enfin « Ressusciter »: ici, l’éternité est reçue comme un « habit reçu pour revêtir notre nudité » (p. 173). L’éternité nous ouvre à « l’omnitude des nouveautés » (p.214). M. Steffens insiste sur le fait que l’éternité ne va pas de soi: elle ne peut qu’être « reçue du Père » avec un cœur réellement disponible. En conclusion, M. Steffens propose « une autre lecture de notre finitude »:  » Inscrite en l’univers, la mort est la trace en creux du Créateur. La mort nous destine à l’amour » (p.239). Sur tout ce parcours, l’auteur fait référence à la révélation biblique:  Genèse, Job, les Évangiles, saint Paul…

Le livre est écrit dans un style direct, vivant, particulièrement dynamique, riche d’exemples. L’auteur prévient volontiers le lecteur: « Il n’est pas une idée de ce livre qui n’ait dans votre vie un écho » (p.11). Chaque lecteur trouvera ainsi en ce livre bien des réflexions fécondes, philosophiques, bibliques, théologiques, spirituelles, à méditer sur la vie, la mort, la transcendance, et l’éternité à recevoir. Car, par vocation, « nous sommes (déjà) éternels » (p.210). La démarche chrétienne, philosophique et spirituelle, de M. Steffens fait penser à celle de Marie de Hennezel et de Bertrand Vergely dans Une vie pour se mettre au monde (éd. Carnets Nord, 2010, 222 p.) sur le « mûrir – mourir – vivre », mais elle déploie toute son originalité.


Père Pierre Fournier
membre de l'équipe du service de formation permanente
diocèse de Gap et d'Embrun

Vous pouvez laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *