Qu’est-ce que l’homme ?

Conseil permanent de la Conférence des évêques de France, Qu’est-ce que l’homme pour que tu penses à lui ?, Paris : Bayard, Cerf, Mame, 2019, 78 p., 5 €.

Devant les défis actuels (bioéthique, écologie, gérance des biens, gouvernance du monde, transhumanisme…) et « les grandes tentations » qu’occasionnent les potentialités des récents progrès, le Conseil permanent des évêques de France souhaite « aider à répondre aux interrogations constantes sur notre dignité humaine, notre faiblesse, notre destinée dans l’univers ». Il propose des« éléments d’anthropologie catholique » (sous-titre). Le titre est emprunté à l’interrogation du psalmiste devant l’énigme de la vie humaine (psaume 8, p. 74). Dans la préface, Mgr Michel Aupetit, archevêque de Paris, interroge les lecteurs : « Quelle est votre espérance ? » (p. 13). De là, sont énoncées des « pistes de réflexion sur la personne humaine, sa beauté, sa vocation, son droit à s’accomplir pleinement ».

La première partie situe l’être humain comme une personne. Celle-ci est créée et appelée par Dieu pour une vocation à la liberté, à la vérité et à la responsabilité. Selon la révélation biblique, la personne vit dans une unité tripartite : corps, âme et esprit. Elle est douée d’une conscience discernant la « loi naturelle », ouverte à la transcendance. Tout en acceptant sa finitude, l’être humain est confronté au scandale du mal, à la mort. En respectant la vie animale, sans aller jusqu’à l’antispécisme qui effacerait la différence animal / être humain, il est reconnu que « seul l’être humain est une personne, sommet de la Création », comme l’indique le récit de la Genèse.
La seconde partie situe l’être humain dans sa solidarité avec l’humanité entière, car, créés par le Dieu Unique, « nous sommes une seule famille, interdépendants, appelés à la fraternité ». La sexualité se manifeste comme le « lieu du don de soi ». De là, la fécondité et la famille. Sur la base de la solidarité fondamentale, nous constatons les diverses dérives qui peuvent menacer l’être humain. Cependant, la foi chrétienne est source d’Espérance pour construire une unique famille humaine. L’encyclique du pape François Laudato Si’.

sur l’ « écologie intégrale » exprime l’urgence et les moyens pour répondre au « cri de la planète et des pauvres ». Dans la postface, Mgr Jean-Pierre Battut réfléchit sur « la mission humaine à parachever l’œuvre de Dieu » et ouvre sur le monde à venir : « La foi chrétienne n’en est qu’à ses débuts. Et, pour dire l’amour de Dieu, l’éternité sera courte » (p. 73). C’est dire l’enjeu du chemin à parcourir ensemble.

Le document est écrit en style clair, très accessible, dynamisant grâce à sa vision de l’être humain et du monde contemporain. Peut-être certaines affirmations paraissent-elles trop optimistes ? Comme « la raison humaine est vraiment capable de connaître l’univers » (p. 26). Du fait de ses qualités pédagogiques de pensée et de sa richesse de références à la Parole de Dieu, au concile Vatican II, et aux écrits du pape François, un tel document offre une pertinente synthèse pour la réflexion personnelle. Pour les partages en groupes, l’échange pourra porter sur la notion de loi naturelle, sur les points originaux des argumentations, sur les marqueurs de l’être humain (liberté, responsabilité, discernement…), sur les enjeux de la vie affective et de la famille, sur la gestion des biens de ce monde (pauvretés, justice, écologie intégrale…)


Père Pierre Fournier
membre de l'équipe du service de formation permanente
diocèse de Gap et d'Embrun

Vous pouvez laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *