Qui suis-je pour juger mon frère homosexuel ?

Joël Pralong, Qui suis-je pour juger mon frère homosexuel ? Repères spirituels, Saint-Maurice : Éd. Saint-Augustin, 2016, 125 p., 17 €.

« La doctrine sans la pastorale n’est que ‘cymbale retentissante’ (Rm 13,1). La pastorale sans la doctrine n’est que ‘vue humaine’ (Mt 16, 21). »

Cette phrase du Cardinal Schönborn, reprise dans la conclusion de cet ouvrage, résume en quelques mots le propos du père Joël Pralong. Entre l’enseignement de l’Église, souvent mal compris, et la réalité vécue par les personnes homosexuelles, il propose un chemin vers l’idéal évangélique, où Jésus rejoint chacun là où il est.

À partir de témoignages des personnes qu’il a accompagnées et sans langue de bois, il montre le désarroi et le rejet que peuvent ressentir les chrétiens homosexuels, leur difficulté à s’accepter tels qu’ils sont. Toutefois, personne ne peut se résumer à son orientation sexuelle et tous doivent être accueillis dans l’Église.

Ce livre est une réédition de Mais qui a dit que Dieu n’aimait pas les homos ? paru en 2013, et enrichi par des apports du synode sur la famille.

Entre doctrine et pastorale

Le père Joël Pralong ne renie rien de l’enseignement de l’Église. Il prône la chasteté et le célibat, en insistant sur le respect que la personne se doit et qu’elle doit à l’autre. Il montre toutefois que cet idéal n’est pas à la portée de tous. Ceux qui vivent en couple avec une personne du même sexe peuvent eux aussi progresser dans leur vie chrétienne, en fondant un couple stable et fidèle, basé sur l’amour partagé, avec des relations sexuelles respectueuses des individus, en travaillant sur les blessures qui peuvent être à l’origine de leur orientation sexuelle, en s’ouvrant aux autres. Les évêques suisses disent d’ailleurs dès 1979 qu’ « il ne faut absolument pas juger moralement de la même manière les rencontres passagères et une relation durable entre homophiles adultes ». Une certitude émane de cet ouvrage : nul n’est exclu du cœur de Dieu.

Au-delà de la question de l’homosexualité, le père Joël Pralong articule ici des notions de morale parfois méconnues qu’il explicite très clairement. Il définit ce qu’est précisément la chasteté, à travers sa différence avec la continence. Le concept d’actes ordonnés ou désordonnés, liés ou non à la culpabilité, l’idée d’une conscience souveraine, la liberté des actions et l’intention qui les sous-tend, peuvent être appliqués avec fruit à d’autres sujets. Le père Christophe Disdier-Chave les avait d’ailleurs utilisées dans sa conférence sur les divorcés-remariés du 19 février 2016, disponible en ligne.

D’autres ouvrages pour aller plus loin

Sur l’homosexualité et les homosexuels dans l’Église, vous pouvez consulter :

Hélène Biarnais
bibliothécaire du diocèse de Gap et d'Embrun

Articles en lien :

Vous pouvez laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *