Charles de Foucauld, amitiés croisées

Charles de Foucauld, Amitiés croisées, Josette Fournier et collab., éd. Saint-Léger, 2016, (299 p.), 20 €.

Les laïcs, religieux et prêtres vivant de la spiritualité foucauldienne (dont la Fraternité Jesus-Caritas) seront heureux de trouver ici l’étude du P. Michel Becquart, du diocèse d’Arras. Étant de la parenté de Mgr Guy Riobé (1911-1978), Michel Becquart montre comment cet évêque offre une postérité spirituelle au Bienheureux Charles de Foucauld en stimulant des choix d’ouverture de l’Église au monde contemporain « à cause de Jésus et de l’Évangile ».

En ce centenaire de la mort de l’ermite du Sahara, ce livre fait suite à diverses publications (A. Chatelard…) ainsi qu’au Colloque  « Foucauld et l’Anjou » (Angers, 2006) et à la première édition de l’ouvrage « Charles de Foucauld. Amitiés croisées » (éd. Cheminements, 2007, 290 p.). Les auteurs ont réalisé un remarquable travail de pionniers sur les documents et sur de nouvelles sources (lettres…). Aurélien Cornaux analyse la formation donnée à l’École de cavalerie de Saumur et son influence sur le futur ermite. De la si importante correspondance de Foucauld avec Henry de Castries, islamologue arabisant ami intime de Foucauld et auteur d’un livre sur l’Islam (1896), Josette Fournier tire d’utiles considérations sur les convictions de Foucauld, et leur évolution, quant à sa mission au coeur de la population musulmane : projet de fondation religieuse, de confrérie (avec L. Massignon…). Le rôle du P. Ludovic Girault, des Missions d’Afrique, est bien souligné par Jean-Claude Ceillier : son rôle de témoin de l’oeuvre de Foucauld auprès de René Bazin. Historien, Paul Fournier a scruté les nombreuses publications qui ont donné écho positif unanime à la célèbre bibliographie publiée par René Bazin « Foucauld explorateur du Maroc, ermite au Sahara » (1921) : impressionnant succès de cette biographie qui a donné à Foucauld tant de disciples sur le plan de la vie spirituelle, pastorale et fraternelle. Pour Paul Fournier, Foucauld le mystique, le savant des sciences géographiques et ethno-linguistiques, n’est-il pas aussi un intellectuel sur les questions de l’époque : colonialisme, dialogue interculturel, rencontre avec l’islam et les musulmans…?

À noter aussi que ce livre est riche de 60 pages supplémentaires de photos et documents divers, et de 5 pages sur les journaux et revues présentant Charles de Foucauld, de 1921 à 1924, suite à la publication de la biographie de René Bazin. Bref, un solide livre d’éléments historiques, d’étude, et de réflexion spirituelle et pastorale. Il est intéressant de mieux comprendre ici comment s’est diffusé le rayonnement de Foucauld dans des milieux très divers de la société. Par exemple, par le biais du grand islamologue Louis Massignon (1883-1962), ou par les institutrices catholiques de l’Enseignement public fédérées par Marie Silve (1894-1967) dans leurs groupes de formation chrétienne « les Davidées » , se réunissant en sessions à ND du Laus (p. 268) et devenues interlocutrices de Jean Guitton et d’Emmanuel Mounier dans la discrétion de la laïcité de l’enseignement. Au fil du livre, nous comprenons que les questions débattues par Charles de Foucauld avec ces amis principaux, de façon concrète et bien incarnée, sont des questions toujours actuelles : les enjeux de la recherche scientifique, de la suite de la colonisation, de la laïcité; les liens entre non-violence, droit d’ingérence, politique et action humanitaire; rencontre des cultures, mondialisation, développement socio-culturel et spirituel…


Père Pierre Fournier
responsable du service de formation permanente
diocèse de Gap et d'Embrun

Articles en lien :

Vous pouvez laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *