Les actes d’une retraite biblique en terre monastique : plus elle est sainte, plus elle est femme

Claire Patier, Plus elle est sainte, plus elle est femme, Rosans : Notre-Dame de Miséricorde, 2018, 222 p., 10 €.

(10 €, port compris, auprès de : nd.misericorde@nordnet.fr, 04 92 66 70 00).

Cet ouvrage est le fruit – les Actes – de diverses collaborations, lors d’une retraite biblique animée par Claire Patier, bibliste, enseignante, avec les bénédictines de l’Abbaye Notre-Dame de Miséricorde de Rosans (Hautes-Alpes). Le titre Plus elle est sainte, plus elle est femme est repris d’une expression lapidaire de Léon Bloy. En avant-propos, Mère Françoise Mathieu, abbesse, mesure les enjeux des approfondissements sur la féminité et des appels du Christ à la sainteté. Puis les conférences de Claire Patier mettent en relief cet appel à la sainteté pour des femmes de la Bible : Ève issue de la création du « masculin et féminin » par Dieu (perçu déjà comme trinitaire), les matriarches de la maison d’Israël (Sarah, Rébecca, Léa, Rachel), Judith, Yaël, Esther, Marie-Madeleine et la Vierge Marie. Le travail de l’Esprit Saint est noté explicitement ou en filigrane. Le père Ludovic Frère présente l’aventure de sainteté de Benoîte Rencurel (1647-1718), femme-phare du sanctuaire de Notre-Dame du Laus où elle vécut à l’école de la Vierge Marie, cette « Femme par excellence ». Puis les témoignages : de Claire Patier elle-même, vierge consacrée, des moniales, et de Geneviève Bourgeois, médecin, épouse et mère de famille, militante. Pour éclairer la réflexion, sont donnés des textes choisis : Pères de l’Église, Jean-Paul II (Lettre aux femmes, en référence à sa Lettre La dignité et la vocation de la femme), cardinal Ratzinger (La collaboration de l’homme et de la femme dans l’Église et le monde), pape François (audiences…), et quelques « ténors incontournables » : Gertrude von Le Fort (La Femme éternelle), Edith Stein (La formation de la femme, commentaire de sr Cécile Rastoin), Jo Croissant (La femme sacerdotale ou le sacerdoce du cœur), Madeleine Delbrêl (le célibat évangélique), Nicole Echivard (Femme, qui es-tu ?), Geneviève Honoré-Lainé (La femme et le mystère de l’Alliance), Georgette Blaquière (La grâce d’être femme), ainsi que les Bénédictines de Herstelle (Visages bibliques de la femme).

Une telle réflexion est menée dans le « contexte de féminisme de plus en plus exacerbé aujourd’hui » (p. 9). Elle est née du besoin de se situer « dans le projet de Dieu, dans la société, dans l’Église » (p. 10). Elle se veut ouverte à tout état de vie : femme épouse, mère, religieuse, célibataire, consacrée, pour « ne pas se contenter d’une existence médiocre, édulcorée, sans consistance » (pape François, cité p. 11). De l’avis de la mère abbesse de Notre-Dame de Miséricorde, cette plongée dans le « mystère » de la féminité, du charisme féminin, et dans l’appel universel à la sainteté a profondément mobilisé les personnes participant à cette retraite de spiritualité biblique. « Personne n’en est ressorti indemne ». Par exemple, cette participante : « Surprise de l’effet de cette session sur la construction de ma personne : je n’étais pas vraiment convaincue qu’être femme était un bon plan. Maintenant, j’aime ». (p. 222). De ce fait, le lecteur pourra trouver ample matière à une méditation anthropologique, biblique, spirituelle, ecclésiale, pastorale, sur la destinée humaine si fortement impliquée dans l’identité femme et homme. L’enjeu conduit au dialogue de la féminité et de la masculinité, de leur pleine complémentarité, ou, plus profondément, de leur pleine « conjugalité », comme Abram et Saray cheminent spirituellement en réciprocité, en conjugalité, pour être transformés en Abraham et Sarah (p. 46 et suivantes).

Notons, par ailleurs, que suite à ce colloque biblique, Mère Françoise Mathieu a donné deux conférences : « Regard féminin sur la sainteté », et une approche de femme contemplative et consacrée, sur la sainteté : « La sainteté dans le miroir de la vie bénédictine ». Ces deux conférences sont regroupées dans un opuscule, disponible, de 60 p.

[Note de la rédaction : Sur un sujet approchant, vous pouvez consulter cet article de Marie-Hélène Froeschlé-Chopard.]


Père Pierre Fournier
membre de l'équipe du service de formation permanente
diocèse de Gap et d'Embrun

Vous pouvez laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *