Twitter avec Dieu

Michel Remery, Tweeter avec Dieu. Big Bang, prière, Bible, sexe, croisades, péché, job… vous avez des questions ? Voici des réponses. Paris, Perpignan : Le Sénevé, Artège, 2017, 439 p., 24,90 €.

Voici un livre qui met en application les théories concernant les technologies de l’information et de la communication en Église. Citons par exemple ce que le père Ludovic Frère a écrit récemment dans Dé-connexion Re-connexion en reprenant l’idée d’internet comme un « continent à évangéliser ». Pensons aussi aux réflexions de Mgr Jean-Michel di Falco Léandri sur la nécessité d’atteindre les jeunes car faire « appel à eux pour cette technologie leur permet de s’investir dans l’Église ». Il souligne également que par prédisposition « la communauté [chrétienne] en ligne sera l’expression d’une communauté physique existante (diocèse, paroisse, monastère, etc.). » Cette contribution intitulée « Église catholique » se trouve pages 227 à 231 de l’ouvrage dirigé par Christophe Stener, Dictionnaire politique d’internet et du numérique, Paris, BOD, 2016.

L’auteur de Tweeter avec Dieu, le père Michel Remery, est prêtre du diocèse de Rotterdam depuis 2004. Il est membre d’une « commission d’étude des nouveaux médias et de la jeunesse pour la commission internet du Vatican » et animateur de « groupes de jeunesse et d’étudiants ». Il est également membre du secrétariat du conseil des conférences épiscopales d’Europe (CCCE).

Une méthode éprouvée

Le principe de ce livre est vieux comme l’avènement des mass-médias ! À partir de questions posées par des lecteurs, auditeurs, téléspectateurs, internautes, ici usagers de Twitter, un « expert », en l’occurrence le père Michel Remery, non sans humour parfois, répond aux « 200 questions audacieuses que se posent des jeunes, sur Dieu ».

Une actualisation du contenu

Quels sont les endroits les plus importants dans l’église ? (p 260-261), Comment puis-je me confesser correctement ? (p 296-297), Comment devient-on un saint ? (p 354-355 explique notamment les étapes d’une canonisation, Qu’est-ce que la liturgie ? (p 266-267). Voici quelques exemples de questions traitées.

Les technologies de l’information et de la communication, accessibles à tous dans la partie occidentale du monde, permettent d’abord des réponses rapides par tweet. Puis d’autres supports, plus précises et utilisables par le biais d’applications, notamment en scannant l’image introduisant chaque article. Tweeter avec Dieu fait donc partie de cet ensemble de connaissances. Les chapitres renvoient souvent vers d’autres lectures se trouvant dans toute bibliothèque diocésaine : la Bible, le catéchisme de l’Église catholique, le compendium du catéchisme et Youcat.

De telles références auraient été bienvenues sur les questions historiques traitées dans la deuxième partie : « les tweets au sujet de l’Église : origine et futur ». Le traitement de celles-ci est très largement centré, logiquement, sur les Pays-Bas. Cependant, répondre en deux pages à « Que fut le Concile de Trente ? » (p 198-199), sans autre référence, paraît trop allusif.

Ce livre, destiné notamment « à tous ceux qui ont le désir de parler de leur foi à d’autres » est un outil à disposition des animateurs de catéchuménat, de catéchisme, d’aumônerie.

Les outils internet évoqués dans le livre du père Remery :

Sites internet : www.jp2.nl et http://www.tweetingwithgod.com/fr

Hashtag : #TwGOD

Luc-André Biarnais
archiviste du diocèse de Gap et d'Embrun

Vous pouvez laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *