La vie d’Alexandra David-Néel en bande dessinée

Fred Campoy et Mathieu Blanchot, Une vie avec Alexandra David-Néel, Tome 2, Charnay-les-Macon : Éd. Bamboo, coll. Grand angle, 2017, 96 p., 16,90 €.

Comme a été bien marqué, en 2016, le centenaire de la mort du père Charles de Foucauld, grand explorateur du Maroc, ermite au Sahara et pionnier du dialogue entre chrétiens et musulmans, le cinquantième anniversaire de la mort d’Alexandra David-Néel (1868-1969) se prépare déjà pour 2019 : cette grande exploratrice du Tibet est pionnière du dialogue entre chrétiens et bouddhistes.

Cette bande dessinée, préfacée par Frédéric Lenoir, illustre le livre de Marie-Madeleine Peyronnet qui a longtemps vécu au service d’Alexandra David-Néel retirée à Digne. Avec beaucoup de talent d’écriture et de dessin, Fred Campoy et Mathieu Blanchot donnent la parole à Marie-Madeleine Peyronnet quand elle recueille les souvenirs d’Alexandra : ses aventures en Asie, son entrée au Tibet jusqu’à Lhassa, cité alors interdite aux Européens. Et les étapes de sa vie : les souffrances et les précocités de son enfance, son désir de devenir religieuse, son mariage en 1900 à Tunis avec Philippe Néel, ingénieur en Tunisie, et sa fidélité épistolaire envers lui, son imprégnation dans le bouddhisme, l’attachement d’Alexandra à trois grandes figures : Jésus, Bouddha et Épictète (p. 67). Elle avait choisi comme devise une citation biblique de l’Ecclésiaste : « Marche comme ton cœur te mène et selon le regard de tes yeux » (p. 60).

Adhérant au bouddhisme, Alexandra David-Néel a continué à approfondir la portée de la foi chrétienne, notamment à travers saint Augustin, Kierkegaard, et les Actes du Concile Vatican II (p. 67). L’actuel Dalaï-Lama a toujours été reconnaissant de ce qu’Alexandra l’a amené à mieux connaître la foi chrétienne et les Évangiles. Il a rendu visite à Alexandra plusieurs fois, à Digne, en rencontrant l’évêque du lieu, et animé diverses sessions de dialogue entre chrétiens et bouddhistes, et publié un ouvrage sur « Bouddha et Jésus ».

Le livre se termine par une présentation du bouddhisme tibétain pour lequel Alexandra s’est passionnée et dont elle a traduit des textes sacrés. Une bande dessinée aussi riche sur la personnalité hors du commun d’Alexandra, sur la destinée humaine devant la vie et la souffrance, les exigences de l’amour, la lutte spirituelle et la mort, sur les horizons religieux et la construction de la société.


Père Pierre Fournier
responsable du service de formation permanente
diocèse de Gap et d'Embrun

Articles en lien :

Vous pouvez laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *