La spiritualité de la Croix

Maurice Leval et al., Le chemin de croix, Pont-de-Claix : Mampita, 2018, 72 p., 10 €.

Ce livre-album Le chemin de croix est très riche en illustrations et en documents bibliques et poétiques. Il est de conception originale car il harmonise très bien des registres variés : culturels, artistiques, religieux, spirituels et pastoraux. Celui de la culture s’exprime à travers l’illustration basée sur la reproduction de timbres-poste sur le thème du Christ de la Passion, et provenant de pays d’Europe, d’Afrique, du Moyen-Orient, d’Asie.

La réalisation du livre est due au philatéliste Maurice Leval et une équipe de Notre-Dame de la Salette. Les quatorze stations du chemin de croix, depuis le jardin des Oliviers jusqu’au Golgotha et à la mise au tombeau, sont appuyées ici sur des textes d’Évangile, des prophètes (Isaïe…) ou des psaumes. L’animation des chemins de croix est bien présente, en reprenant les paroles liturgiques et en prévoyant des commentaires avec participation des fidèles rassemblés pour la prière. La méditation du lecteur peut aussi se nourrir de poèmes de Francis Jammes Vers, De l’angelus de l’aube et de Paul Verlaine Mon Dieu m’a dit

Faisant partie de la collection « Philatélie chrétienne », cet ouvrage énumère des repères de philatélie : l’histoire des timbres, les critères de valeur, les manières de les collectionner, de les valoriser, la « timbrologie ». Des reproductions d’œuvres religieuses d’artistes peintres sont commentées et contextualisées : sur Velasquez, ou le nicaraguayen Antonio Sarria, le Tintoret, le « divin » Morales, Raphaël, Murillo, l’anonyme maître allemand de sainte Véronique, le flamand Hans Memling, le dominicain Fra Giovanni, Rembrandt, Mihaly Munkac… Dans sa préface, Mgr Guy de Kérimel souligne la « dimension prophétique » des œuvres de ces peintres sur les questions existentielles : « Laissons-nous attirer, par les timbres, jusqu’à Celui qui est la source de tout bien » (p. 2). Maurice Leval incite alors à prier à partir des timbres évoquant le Christ plongé dans les événements intenses de sa Passion et de sa crucifixion. Du coup, la prière rassemble la destinée des populations d’où proviennent ces timbres, populations à majorité juive (Israël) ou musulmane (Niger, Jordanie, Oman, Emirats arabes comme Umm Al Qiwain, Ajman, Ras al Khaïmah, le Fujaïrah), populations à majorité chrétienne comme en Afrique  (Burundi, Lesotho) ou en Amérique Latine (Nicaragua), populations religieusement mélangées (Cameroun, Guinée équatoriale, Togo, le Bophuthatswana en Afrique du Sud), ou populations géographiquement proches (Vatican, Monaco, Espagne, Andorre, Pologne).

La perspective de la solidarité est indiquée du fait que le livre est vendu au profit d’écoles malgaches par le biais de l’Association Mampita. Un tel ouvrage apporte ainsi plusieurs entrées : les recherches philatéliques ou liturgiques, l’ouverture à diverses cultures et populations du monde, l’attention aux œuvres picturales ou poétiques, la quête spirituelle tournée vers le Christ, la méditation sur les cheminements de la vie humaine. Le prochain tome de cette « philatélie chrétienne » est annoncé, avec préface de Mgr Xavier Malle, et portant sur « Jésus, sa vie et son message » selon la même démarche philatélique et spirituelle.


Père Pierre Fournier
membre de l'équipe du service de formation permanente
diocèse de Gap et d'Embrun

Vous pouvez laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *