Le visage des pauvres

Académie d’éducation et d’études sociales, Le Visage des pauvres, Paris, François-Xavier de Guibert, 2016, 288 p., offert par l’AES.

L’Académie d’éducation et d’études sociales (son site est ici) est une institution née en 1922. Elle se donne « pour objet d’étudier les questions sociales dans un esprit conforme à la tradition humaniste chrétienne [et] de communiquer ses travaux à un public de responsables dans la cité ».

C’est à ce dernier titre que l’Académie d’éducation et d’études sociales publie les actes de ses travaux en les diffusant gratuitement auprès des bibliothèques diocésaines. Le présent volume et les précédents se trouvent à la médiathèque Mgr Depéry et à la bibliothèque diocésaine d’Aix-en-Provence. Ces annales sont donc accessibles à ceux qui veulent réfléchir à des questions comme La mort, un temps à vivre (2015), La famille, un atout pour la société (2013), Le travail, accomplissement ou servitude ? (2006).

Des regards sur les personnes pauvres

« Le visage des pauvres » est le sujet des travaux de l’Académie pour l’année 2014-2015. Le sujet a été abordé sous plusieurs angles : « Saint Vincent de Paul et les pauvres » est celui du père Jean-Christophe Chauvin (11 juin 2015, p 261-282). Jérôme Vignon, quant à lui, parle de « Vivre et survivre quand on est pauvre » (22 janvier 2015, p 99-131). La pauvreté contemporaine, évaluée à partir de critères, est différente de la dépendance rencontrée dans les associations caritatives comme le Secours catholique, le Secours populaire et ATD Quart-Monde. François Content a étudié « les manques de repères, la souffrance des familles » (12 février 2015, p 133-157). Au cours des échanges à l’issue de cette intervention, Marie-Joëlle Guillaume insiste « sur l’importance de la famille pour l’enfant » (p 133).

Mgr Emmanuel Lafont, évêque de Cayenne, dit « Comment Dieu traite les pauvres dans la Bible » (13 novembre 2014, p 43-73). Il invite (p 67), notamment, à mieux exploiter les intuitions économiques des textes du magistère, particulièrement Caritas in veritate (Benoît XVI, 2009) et Laudato Si (François, 2015), alors à paraître.

Luc-André Biarnais
archiviste du diocèse de Gap et d'Embrun

Articles en lien :

Vous pouvez laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *