Moines et vin : une bande-dessinée à l’intrigue historique

Corbeyran, Brice Goepfert, Les moines de Bourgogne, Coll. Vinifera, Grenoble : Glénat, 2018, 56 p., 14,50 €.

Ce volume, qui a participé au grand-prix de la bande-dessinée chrétienne d’Angoulême, est le quatrième d’une collection nommée Vinifera chez Glénat. Il se conclut par un dossier historique et technique de sept pages, particulièrement simple de compréhension même si sa bibliographie de cinq titres n’en compte qu’un seul de ce siècle.

L’intrigue se déroule au moment de la réforme monastique cistercienne dont l’acteur principal est Bernard de Clairvaux en opposition à l’opulence clunisienne, à la fin du XIe et au début du XIIe siècles, au cœur du Moyen-Âge. Elle se tient à Meursault, en Bourgogne. L’alternance des situations paisibles et de tension est installée avec subtilité.

L’univers de l’Église au Moyen-Âge est traité à travers le parcours de Simon, le personnage principal. Son baptême est présenté page 7. La prédication de Bernard de Clairvaux à Sainte-Marie-Madeleine de Vézelay en 1146, provoque le départ de Simon en croisade (p 25-26). Sur ce sujet, nous renvoyons à la collection « Ariane et Nino » : le volume sur les croisades est évoqué ici.

L’ordre cistercien est présenté dans les pages 39 et 40. Il est écrit (p 40) « nous affinons aussi les fondements et l’expression de notre foi ainsi que… la qualité de nos vins ! ». En effet, le vin est à la fois nécessaire pour la liturgie et est un enjeu économique (p 20) : « La plupart des voyageurs qui font halte et qui goûtent notre vin deviennent nos ambassadeurs… ils font l’éloge de ses qualités ». Le vocabulaire de la culture de la vigne est abordé page 42.

Le dossier historique précise que les moines suppriment la pratique du complant avec des arbres fruitiers car « cette pratique […] gène la croissance de la vigne en lui faisant de l’ombre et en appauvrissant les sols. ». Il est également écrit que « si les cisterciens joue un rôle essentiel dans l’évolution de la viticulture bourguignonne, c’est d’abord parce qu’ils déplacent les vignobles de la plaine vers la côte ». Ce dossier explique ce qu’est le clos et présente la création de « la grange » qui existe aussi chez les clunisiens. Nous pouvons noter, pour notre région que « les religieux de l’abbaye de Valcroissant donnent naissance au vin de Die, la future Clairette ». C’est une bande-dessinée à lire et faire lire notamment aux élèves qui étudient le Moyen-Âge.

Luc-André Biarnais
archiviste du diocèse de Gap et d'Embrun

Vous pouvez laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *